Des supports de communication si nombreux…

Communication au service des hommes et des projets

Des supports de communication si nombreux…

Journal, dépliants, plaquettes, newsletters, sites, blogs, page entreprise sur Facebook, LinkedIn, Twitter, Youtube, vlogs, Instagram, Snapchat, affichage, publicité print ..  l’éventail est presque infini ; pire il évolue en permanence.

Z’en pensez quoi ?

C’est un effet de mode. Oui un peu. Mais pas que.

Arrêtons de se faire peur.Les réseaux sociaux -qui vont encore évoluer – font désormais partie de notre mode de vie. Alors, certes, il y a une certaine course à  la digitalisation de ceux qui veulent « en être » et ainsi influencer leurs clients leur suiveurs, leurs amis, leur entourage. L’accumulation de messages souvent non lus est-elle efficace? Faut-il simplement retwitter pour montrer ainsi qu’on existe ? A quoi sert de sponsoriser des posts dans ce tourbillon d’infos que personnes ne creuse? Au mieux on stocke quelques données quelque part dans son « coin de cloud »… Mumh… Bon pas réjouissant.

Mais c’est comme tout, il faut utiliser ces supports uniquement si vous choisissez de les mettre au service  de votre  stratégie.

C’est vous qui décidez !

Tomber dans la frénésie des posts ou des nombreux supports n’est pas une obligation ni une fatalité. L’important est de cerner de ce que vous voulez faire et d’adapter l’action ( entre autres à votre capacité de vous y tenir dans le temps.

Certains supports vont bien avec certains émetteurs. Prenons le cas de Twitter.

Tu tweetes, je tweete, ils tweetent …on retweete

Ce sont plutôt des individus qui sont logiquement attendus sur Twitter. Pour vanter les mérites d’un produit ce n’est à première vue pas le lieu. Twitter est un réseau social propice aux partages d’idées et d’informations Ce n’est pas un media pour acheter. En revanche puisqu’il brasse infos et idées, il est un excellent support pour un territoire ou une entreprise qui veut décliner et renforcer l’idée phare de son projet. Cela peut être par exemple l’importance de l’innovation collective  dans un domaine donné pour une entreprise qui revendique sa révolution  interne vers plus de digital,  pour une collectivité, selon le projet politique cela peut être la qualité de vie au naturel, la smart city, la pédagogie autour de la préservation de l’environnement.

On peut agréger des contenus sur un thème qui renforce la position  ou l’autorité de l’émetteur sur ce thème. Et pour cela deux conseils:

  • choisissez un thème  précis, évitez d’être trop vague. ( oui je sais c’est pénible, il faut renoncer…)
  • cernez bien avant de démarrer en quoi c’est important pour vous. Parce que cette stratégie est payante sur le moyen terme et à condition d’être régulier. Ça va prendre du temps, de l’organisation, des moyens de l’énergie, bref un peu de bande passante de votre organisation.

« Oh non…Pas encore un mail de plus dans ma boîte » !

Autre support, la newsletter. La newsletter n’a de sens que si elle est utile pour le lecteur, avec de l’information attendue. A cette condition, elle devient puissante. Là aussi on  apporte de l’information et en prime on crée un lien avec les destinataires. Pour fidéliser  son public cela peut être très pertinent.Mais là encore,  la régularité est indispensable.Les moyens mobilisés pour la newsletter devront l’être…dans la durée.

Et puis et puis.. Le support ou les supports que vous utiliserez dépendent bien sûr de quelques autres données absolument indispensables:

  • les destinataires visées :  l’age de la cible, la fonction, son métier, va vous aider à choisir les supports  les plus opportuns ;
  • le type de message (information / interpellation/ séduction / fédération- adhésion..) ex. : a-t-on besoin d ‘une  image choc ou d’un long texte ?
  • l’intention que vous avez : créer un lien perpétuel et renouvelé, créer un événement ou une forte prise de conscience à un moment donné, développer une offre promotionnelle / courte, proposer une accumulation de « preuve » etc.;
  • et la circonstance  dans laquelle  le message est diffusé via le support  ( durant des trajets, à des périodes de détente, en famille, pendant le travail, en vacances , etc.

A quand la fin des stocks de dépliants jetés ?

Il y a dix ans on regrettait parfois l’impression des 20 000 plaquettes laissées au fond de l’armoire des archives. Aujourd’hui, on constate que le site Internet n’est pas mis à jour, que les messages via la page Facebook sont rares, que personne ne répond aux remarques des lecteurs….

Dans les deux cas c’est la même situation. Il est toujours préférable de savoir pourquoi on investit de l’énergie (ou de l’argent, du temps peu importe) sur un support de communication avant de s’engager. Puisque l’étendue des solutions est assez large autant choisir ; autant ne pas subir.

Alors pour faire court, ne pensez pas immédiatement support. Pensez d’abord objectifs, messages, destinataires. Ensuite vous pourrez  réfléchir aux canaux de diffusion. Aux supports, quoi. Et évaluez ces supports selon l’usage et la cible. Pas de Twitter parce que c’est fun mais parce que c’est là ou sont vos publics. Et oui : encore des choix à  faire…  Et une fois que vous aurez choisi  ces canaux vous pourrez définir comment les utiliser :  quel message quelle périodicité, et avec quelle logistique requise pour cela et pour quel cout…

Car la question qui doit vos préoccuper n’est pas quel support mais plutôt : quel plan d’action? Vous voyez la nuance ?

Pour résumée l’appoche actions  ou supports n’est pas la bnne. mieux vaut réfléchir publics et message. Le reste découlera naturellement de ce que vous aurez défini.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.