Ep. 38 – YouTube pour un élu ?

Communication au service des hommes et des projets

Ep. 38 – YouTube pour un élu ?


Et si les élus changeaient le code ? Et s’ils s’exprimaient sur YouTube ?

Ouh là .. Voir la bobine de son maire sur une chaîne YouTube?

C’est une blague ? Ah naaaannnnn ! Pas le coup du racolage à deux balles pour celui qui déjà n’aime pas trop les réseaux sociaux et se sent forcé d’y être… Je n’y crois pas. Il va être trop coincé. Ça va être ridicule. C’est l’horreur planifiée cette idée.

– Ah non alors!! Pas les élus sur YouTube !!! Ils sont déjà dans tous les espaces publics, avec sourires coincés et langue de bois au menu. J’en veux pas sur mon ordi ou pire sur mon mobile, moi.

Bon, c’est bon là ? Vous avez fini de hurler? On peut parler tranquillement et sans caricature ? J’ai quelques arguments à vous donner, là.

D’abord, pourquoi les élus devraient-ils obligatoirement se cantonner aux voies classiques et se centrer sur les médias qui ennuient tout le monde ?

Je sais, certains d’entre eux pensent encore que de bons articles dans la presse locale est un point majeur pour influencer leurs électeurs… Bah ! Un jour, ils vont se réveiller et comprendre -enfin- que plus personne ne lit le journal du jour. Et puis ce n’est pas vrai pour tous les élus quand même.

En tout cas, leurs électeurs sont en grande partie ailleurs et une part croissante de ceux-ci mettent un dose (également croissante) de YouTube dans leur quotidien.

Quel que soit leur âge ou leur situation professionnelle et familiale, les français sont désormais sur YouTube.

Quelques chiffres. 37.5 millions de français soit 81% de la population connectée vont sur YouTube chaque mois. La plate-forme accueille aujourd’hui un français sur deux de 16 – 44 ans, quotidiennement.

Quant aux plus jeunes, l’impact est exponentiel.

Les jeunes.. vous savez ? Ceux qui ne lisent plus de magazines papier, qui snapchatent et se forcent péniblement à consulter leur boite mails qui débordent. (Si vous saviez le nombre d’inscriptions manquées à cause de ces boites mail non consultées par les 18 – 22 ans).

8 français sur 10 âgés de 16 à 25 ans vont sur YouTube au moins une fois par jour. YouTube c’est leur moteur de recherche, leur espace de détente, de culture, de musique, d’apprentissage. Je parle de ceux qui sortent des écoles ou de leurs études, démarrent leur vie active, votent – du moins on le souhaite. Ils consomment de la vidéo à toutes les sauces, ignorent la télé et réduisent le temps passé sur les autres médias.

Et si les élus savaient nous surprendre…

Ensuite et surtout … YouTube, à certaines conditions (de sincérité et de simplicité surtout), peut être un média très intéressant pour des élus qui acceptent de sortir (un peu) du cadre. Juste un peu. Parce ce que ce n’est quand même pas non plus la disruption électorale du siècle que d’être sur YouTube, hein! Remettons les choses à leur place : on parle de la plateforme de vidéo où plus de 1,5 milliard de personnes se rendent chaque mois pour leur information, leur loisirs, leurs passions et pour apprendre. Il n’y a donc rien de pionnier dans l’idée d’aller poster une ou deux vidéos..

Pourquoi un maire qui a envie d’exprimer certains points de vue, d’expliquer des dossiers complexes et clivants, de montrer des aspects méconnus de son travail, de contrer une rumeur insidieuse, d’apaiser un débat envenimé, pourquoi devrait-il éviter ce canal de diffusion de contenu ?

A lui de faire en sorte d’intéresser ses auditeurs. Pourquoi voudrait-on le cantonner aux environnements soporifiques pour s’exprimer ? Dit autrement, les élus locaux sont-ils condamnés à nous faire c… ? A nous imposer leur coupure de ruban sur la photo et à rester tristes lointains et inaccessibles, pour bien montrer qu’ils sont élus?

Au nom de quelle loi devrait-ils TOUJOURS nous ennuyer et nous contraindre à les écouter seulement dans les moments où on ne peut pas faire autrement ? Dans un discours qui plombe l’ambiance avant les petits fours de la réception, en introduction d’une rencontre professionnelle à laquelle d’ailleurs il ne connait pas grand chose, ou en haut de la première page intérieure du magasine local qu’on garde pour le calendrier de ramassage des ordures ménagères et des emballages ….

On peut voir les choses différemment, non ? Ça tombe bien. Ce qui est bien avec YouTube c’est que chacun est libre de choisir ce qu’il regarde et écoute. Donc pas de contrainte pour personne.

Un nouveau code ?

Le souhait de proximité des élus devrait à mon sens être un motif suffisant pour tenter l’expérience. Ils devraient se pencher sur la question très très vite. Pour tenter un mode de relation plus neuf et plus actuel voire même plus facile pour beaucoup de leurs administrés

De quoi établir et nourrir leurs liens avec les habitants, sans rester centrés sur le seul journal que plus personne ne lit vraiment.

Et de quoi surprendre par un ton différent et toucher des personnes jusque là hermétiques à la politique même locale et à la mise en œuvre d’un projet local qui les concerne pourtant.

Voilà pourquoi dans cet épisode, je plaide en faveur d’un banalisation de la vidéo pour les élus.. avec d’autres arguments en plus de ceux-ci. Et j’ajoute quelques idées de contenus (mais on peut en trouver bien d’autres). Car tout est question de code et de cadre.

Allez, bonne écoute.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.